Espace public
Accueil
L'association
Adhésion
Agenda
Voir, Lire, Ecouter
Démarche adoption
En Seine et Marne
ERF
La boîte à clic
Nous écrire
- - - - - - -
Partenaires
Coup de pouce
............................................
Visiteurs: 864789
 

Espace Adhérents





Mot de passe oublié ?
Procédure Inscription
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
La vie d'EFA 77
Adoption internationale
 

 
RETOUR SUR LA REUNION ORGANISEE AU MINISTERE Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

le 16/12/2010 sous la présidence du directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères et européennes et associant le secrétariat d¹Etat à la famille et à la solidarité, ce matin au Quai d¹Orsay avec les organismes autorisés pour l¹adoption et des associations de familles, dont Enfance & Familles d¹Adoption.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

GESTION DE LA QUESTION DE L¹ADOPTION
=> A Paris
Au sein de centre de crise du ministère des Affaires étrangères, une cellule adoption a été créée, qui gère les courriers et les appels. Le centre travaille 24h sur 24h. Les personnels sont tout à fait conscients de la dimension humaine et émotionnelle, et comprennent que les adoptants se sentent parents de leur enfant.
Cette cellule récapitule l¹ensemble des informations : identité des familles, identité de l¹enfant, nom et adresse précise de la crèche, état d'avancement de la procédure.
A ce jour, environ 900 familles sont enregistrées, concernant plus de 1200 enfants à des stades divers de procédure.

=> A Port au Prince
Les informations qui parviennent au SAI sont relayées et inversement. Il devrait y avoir prochainement un renfort consulaire pour travailler plus spécifiquement sur l¹adoption. Des informations envoyées par le SAI sur la situation de certaines crèches a déjà permis d¹envoyer des renforts et des secours.

LE CONTEXTE
La situation sur place est catastrophique : un seul téléphone entre Paris et l'ambassade (ou ce qu¹il en reste). L¹étendue des urgences est incommensurable, mais les communications téléphoniques, web, etc. sont petit à petit en train de s¹améliorer.

Toute mesure d¹évacuation d¹urgence à ce stade est irréaliste. Dans les conditions actuelles, il est inenvisageable que des adoptants se rendent sur place - comme il est inenvisageable que des milliers d'expatriés haïtiens angoissés sur le sort de leurs parents, enfants, frères, soeurs, etc., se rendent eux-mêmes sur place pour tenter de les sauver.

Les crèches et les enfants ne sont pas oubliés. Il y a sur Port au Prince plus de 270 crèches. L¹accès matériel à nombre de crèches est difficile (pas d¹essence, par exemple). Les enfants et le personnel ne sont pas toutefois totalement délaissés : les enfants d¹une crèche ont fait l¹objet de protection contre des risques de pillage, une équipe de sauvetage aurait été envoyée à une autre crèche. L¹ambassade fait le maximum pour envoyer des équipes et les mesures d¹urgence seront étendues au fur et à mesure qu'il est possible d¹accéder aux crèches. Tout le monde est conscient que les délais pour tous les jeunes enfants sont courts et les urgences grandes.

ADOPTION
Les jalons sont en train d¹être posés pour la suite. C'est pour cela que les adoptants ont été invités à contacter le SAI pour communiquer les éléments concernant le stade d¹avancement des dossiers. Une fois passé le cap de l'urgence et l¹aide humanitaire mise en place, les questions relatives à la procédure d¹adoption puis à l¹arrivée des enfants en France seront
examinées. Rien ne pourra se faire sans l¹accord des autorités haïtiennes pour les procédures et l'évacuation éventuelle : les enfants sont encore haïtiens même s'ils ont été apparentés à des familles françaises et que des jugements ont été prononcés.

 
< Précédent   Suivant >